France : Les grands chantiers du nouveau gouvernement d’ici la présidentielle 2027

Gabriel Attal lors du discours de politique générale

Trois semaines après sa nomination à la tête du gouvernement français, Gabriel Attal a prononcé, mardi, 30 janvier, son discours de politique générale devant les députés auxquels il n’a pas demandé un vote de confiance pour absence de majorité absolue.

L’ancien ministre de l’Éducation nationale a précisé les actions que son gouvernement va mener dans différents domaines en vue de redresser l’économie française d’ici la fin du mandat du président Emmanuel Macron, en 2027. Il a également promis de tout faire pour trouver des réponses immédiates à la crise des agriculteurs. Ces derniers, déçus de leur entrevue avec le Premier ministre, ont d’ailleurs décidé, ce mercredi matin, de durcir leur mouvement de contestation. Pendant plus d’une heure, Attal a enchaîné les propositions touchant tous les secteurs de la vie économique et politique, promettant au passage une France « plus puissante et une identité plus forte » dans les années à venir.

Des aides consistantes pour les agriculteurs

« Dans un monde où tout s’accélère et se transforme, je refuse que notre identité puisse se diluer ou se dissoudre », a-t-il notamment déclaré en préambule, ajoutant que « notre génération voit ce monde chamboulé, doute sur son identité, doute sur ce que nous sommes comme peuple » et promettant « d’affronter (les difficultés et les problèmes, ndlr) pour avancer ».

Dans sa tentative d’éteindre le feu qui risque de s’embraser chez les agriculteurs, le jeune locataire de Matignon a mis sur la table plusieurs mesures d’urgence. Il a par exemple annoncé que « toutes les aides de la PAC (Politique agricole commune, ndlr) seront versées sur les comptes bancaires des exploitants agricoles d’ici le 15 mars prochain ».

Il a en outre promis de mettre en place un « fonds d’urgence » pour indemniser les viticulteurs qui souffrent de la baisse des prix. « Nous allons débloquer des moyens nouveaux avec des fonds d’urgence avant la fin de cette semaine pour soutenir nos viticulteurs, notamment en Occitanie », a- t-il annoncé. Cependant, le premier ministre, qui a placé la barre très à droite, n’a pas détaillé le montant de ce fonds ni les conditions de versement des aides.

Revoir l’accord avec les pays du Mercosur

Toujours dans un souci de calmer la colère des agriculteurs, Gabriel Attal a également indiqué que la « France allait lancer un grand plan de traçabilité des produits dont le but est de garantir une concurrence équitable et que les normes qu’on applique aux agriculteurs français soient aussi respectées pour les marchandises étrangères ».

Sur le plan européen, le Premier ministre a promis dans son discours de politique générale de s’attaquer à trois dossiers qui ruinent le monde paysan. Le premier concerne la question des terres en jachères que l’Union européenne veut imposer à partir de cette année. Celle-ci consiste à laisser chaque année au repos 4% des terres cultivables. Une décision qui ne plait pas du tout aux exploitants français. Le deuxième dossier concerne les importations ukrainiennes, notamment la volaille, qui posent des problèmes aux agriculteurs français car ils font contracter les prix. Enfin, le dernier dossier concerne l’accord de Mercosur. Celui-ci autorise l’entrée en France et en Europe d’une multitude de produits agricoles à bas prix venant d’Argentine, du Brésil, du Venezuela, de l’Uruguay et de la Bolivie. Un chantier titanesque auquel le président Macron a promis de s’attaquer au sein de l’Union européenne sans que les résultats ne soient garantis au bout.

La santé mentale « grande cause nationale »

En dehors du secteur agricole, Attal a rendu public d’autres mesures touchant des secteurs différents. France Algérie Actualité vous résume les plus importantes :

Réformer les bas salaires :

Pour Attal, le travail doit toujours payer mieux que l’inactivité. Il va ainsi déposer un projet de loi dans le second semestre de cette année pour valoriser le travail des salariés et les fonctionnaires et qu’ils soient mieux rémunérés.

Conditionner l’obtention du RSA par un travail d’intérêt général :

Pour pouvoir toucher l’allocation du Revenu de solidarité active, il faudra dorénavant effectuer 15 heures de travail d’intérêt général au profit de la communauté nationale.

Simplifier les normes pour la construction de nouveaux logements :

Le Premier ministre a promis de désigner d’ici vingt jours 20 les territoires où seront construits de nouveaux logements en vue de desserrer la pression qui pèse sur ce secteur, notamment dans les grandes villes comme Paris. Son objectif est de créer 30 000 nouveaux logements d’ici trois ans. Le gouvernement entend, par ailleurs, donner un coup de pouce pour le logement social en vue de soutenir les classes moyennes dont les revenus ne permettent pas toujours d’acquérir un logement en tant que propriétaires.

Vaincre la bureaucratie :

Cela passerait par la simplification des démarches administratives et l’allègement des normes « inutiles ». Par exemple, il sera bientôt possible de porter plainte en ligne partout dans le territoire. Attal veut aussi faciliter l’installation des entreprises en France. Il faut, selon lui, 17 mois pour implanter un projet industriel en France actuellement, et seulement 8 mois en Allemagne.

D’autres mesures ont été aussi annoncées comme la création d’un service civique écologique de 6 à 12 mois pour les jeunes de 16 à 25 ans, la régulation des usages des écrans à l’école et en dehors, la réforme de la formation des enseignants et la prise en compte de la santé mentale des français déclarée « grande cause » de l’action du nouveau gouvernement.

×
×

Panier