Polémique entre l’APS et France 24 autour des incendies en Algérie

France 24 APS Incendies Algérie
L’APS, agence de presse officielle en Algérie, a vivement critiqué la couverture médiatique des incendies qui ont frappé le pays, ces dernières semaines, par la chaîne internationale France 24, qui fait partie du groupe public France Médias Monde. La direction de la chaîne en continu lui répond. Le torchon brûle !

Dans un texte au vitriol publié jeudi, avec un ton très cru, Algérie Presse Service (APS) a qualifié France 24 de « chaîne poubelle… chaîne du mal, du chaos et de la manipulation… grossière, vulgaire, honteuse, sans aucun respect pour la mémoire des victimes ». Et pour cause l’agence étatique algérienne reproche à la chaîne publique française d’avoir réservé un « traitement honteux » aux feux de forêt qui ont ravagé des milliers d’hectares dans plusieurs wilayas (départements) du pays, dans un contexte de canicule et de températures record atteintes durant cet été 2023.

Selon l’APS, la chaîne du service public français aurait donné volontairement une vision mensongère et à charge contre les autorités algériennes en ce qui concerne les moyens mis en œuvre contre les incendies, qui ont fait 40 morts et des dizaines de blessés. « L’Algérie a déployé tous les moyens matériels et humains pour éteindre les incendies. Malgré une météo peu propice pour une intervention aérienne des canadairs durant le premier jour, l’ensemble des foyers d’incendies ont été maîtrisés au bout de 48 heures, ce qui n’est pas le cas, hélas, dans certains pays européens de la Méditerranée où le combat contre les feux de forêts se poursuit depuis dix jours », a rappelé l’auteur de l’APS. Et d’ajouter : « L’Etat algérien qui a tiré les leçons des incendies de 2021, a mis tous les moyens. Un avion d’une capacité de 12 000 litres, six bombardiers d’eau ainsi que huit hélicoptères ont été mobilisés pour lutter contre ces incendies, des moyens que seule l’Algérie détient dans la région. Ajouter à cela, la célérité de prise en charge des victimes et du lancement des opérations d’aide en un temps record ».

Karim Amellal prend une balle perdue !

Or, pour l’APS, « cela n’a jamais été évoqué par France 24… car elle a décidé de tout ignorer, y compris les 17 autres régions touchées par les incendies, pour n’évoquer que deux wilayas ». Elle décèle en cela un choix éditorial et des « orientations malsaines » sur l’Algérie, et accuse la chaîne d’avoir fait sciemment « cette focalisation particulière sur une région (la Kabylie, ndlr) pour des visées diaboliques qui n’ont rien à avoir avec une quelconque action humaine » car cela favoriserait « le jeu du mouvement terroriste MAK (Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie, ndlr) ».

La missive va encore plus loin en accusant France 24 de recevoir directement des instructions d’un proche de l’Élysée, la présidence française, qui serait « connu pour ses ‘connections’ avérées avec le MAK… Ce marionnettiste occupe la haute fonction d’ambassadeur français et délégué interministériel à la Méditerranée, et dont une proche parente est une des ‘spécialistes’ du dénigrement systématique de l’Algérie ». Autrement dit, le mis en cause ne peut être que Karim Amellal, l’homme politique et écrivain franco-algérien. C’est lui qui a été nommé par le président français, Emmanuel Macron, comme « Ambassadeur, délégué interministériel à la Méditerranée », le 29 juillet 2020, et il est toujours en poste. Il appréciera d’être associé à cette polémique !

France 24 répond à l’APS

Hier soir, la direction de France 24 a rendu public un communiqué pour défendre l’honneur de sa rédaction, dans lequel elle considère que « l’outrance disqualifie les auteurs » du texte de l’APS. « Les propos de l’agence algérienne diffamatoires et disproportionnés, l’emploi d’adjectifs insultants et injurieux sont ridicules, s’agissant de rendre compte de catastrophes naturelles, aussi dramatiques et douloureuses soient-elles… France 24 continuera, pour sa part, à rendre compte de l’actualité du monde avec professionnalisme », a-t-elle déclaré.

Pour se défendre par rapport aux accusations portées dans l’article de l’APS, qu’ils jugent d’être d’« une extrême violence », les responsables de la chaîne réfutent « le prétendu traitement défavorable et ‘diabolique’ » qui aurait été réservé à l’Algérie. « Il y a des incendies dans tout le bassin méditerranéen, que France 24 couvre sans exclusive et tout particulièrement grâce à ses correspondants, en Grèce et en Sicile ces derniers jours. Les incendies en Algérie ne sont aucunement couverts plus spécifiquement. France 24, comme d’autres médias, rend compte factuellement de ces évènements. En tirer des conclusions politiques infondées relève d’analyses totalement déraisonnables et contraires à tout bon sens », ont-ils précisé. Ils concluent en exprimant « la compassion de la chaîne avec toutes les victimes quelles qu’elles soient ».

×
×

Panier