Feux de forêts en Algérie : Solidarité active avec les sinistrés

Feux de forêt Algérie
Les caravanes de solidarité poursuivent leur chemin vers les zones sinistrées, touchées par les incendies ravageurs qui ont ébranlé 17 wilayas algériennes (départements), durant un mois de juillet particulièrement caniculaire. Le bilan final de ces feux de forêts fait état de 43 morts et des dizaines de blessés, sans parler des dégâts matériels importants.

Pour faire face à cette catastrophe, l’entraide s’exprime depuis près de deux semaines dans un contexte de répit, marqué par une bonne organisation et une belle adhésion citoyenne entre le mouvement associatif, les bénévoles, les bienfaiteurs et les autorités locales. Mercredi, 2 août, dix jours après les incendies de forêts qui ont ravagé plusieurs localités de la wilaya de Béjaïa, dans la région de Kabylie (Beni Ksila, Toudja, El Kseur, etc.), les caravanes de solidarité se suivent l’une après l’autre pour soutenir les habitants sinistrés. Au début de l’après-midi, lorsque nous empruntons le chemin menant vers Oued Daas dans la commune de Toudja, les convois étaient déjà de retour après avoir déposé leurs dons, très tôt le matin. C’est une navette quotidienne sans interruption depuis quelques jours déjà.

Élan de solidarité partout en Algérie

Ce qui se fait à Béjaïa, wilaya la plus touchée cette année par les incendies, est juste un échantillon de l’élan de solidarité national qui s’est exprimé spontanément au profit des régions nord-est de l’Algérie, dont des milliers d’hectares sont réduits en cendres. Dans la même journée, plusieurs caravanes venant de l’est du pays, transportant près de 1 150 tonnes d’aides, ont dispatché leurs aides sur les wilayas de Béjaïa, Jijel, Skikda et Bouira, endeuillées par les feux destructeurs. Plusieurs de ces initiatives caritatives sont l’œuvre du mouvement associatif et de citoyens agissant individuellement pour le bien collectif. D’autres dons sont collectés et acheminés par les autorités locales, les assemblées communales et les assemblées de wilayas. On a eu droit à une remarquable collaboration entre les différents donateurs.

D’ailleurs, une décision officielle des autorités politiques algériennes avait été prise de veiller à la coordination des opérations de solidarité. La ministre de la Solidarité nationale, Kaoutar Krikou, a convoqué, au lendemain des incendies de forêts, une réunion de coordination avec les responsables des DASS (Direction de l’action sociale et de la solidarité) des wilayas concernées. Le but était d’« encadrer et évaluer l’opération de solidarité, tout en s’assurant que les aides soient acheminées aux personnes qui en ont le plus besoin ». Selon elle, les plateformes électroniques et le processus de numérisation initiés auparavant par le secteur avaient facilité la coordination entre l’administration centrales et les autorités locales pour accélérer la prise en charge des citoyens.

Donner selon le besoin

Commerçants, industriels, hommes d’affaires ou tout autre bienfaiteur sont quotidiennement sollicités ou agissent de leur propre volonté. Denrées alimentaires, couvertures, matelas, eau minérale ou médicaments, tout est bon pour contribuer au secours des familles sinistrées. Mais, pas question d’éparpiller les aides ni avoir un surplus inutile. Pour mieux organiser l’aide et être efficace, les dons sont faits à la demande. C’est-à-dire répondre aux besoins exprimés. Cela permet d’éviter l’anarchie et le cafouillage, qui ne peuvent être que préjudiciables dans un moment où il faut agir vite et efficacement. On achemine les dons qu’il faut et en quantités nécessaires vers chaque localité depuis les chefs-lieux des wilayas. À Béjaïa à titre d’exemple, « la demande est concentrée plutôt sur le matériel de construction et l’électroménager », témoigne un responsable local de la wilaya de Tizi-Ouzou, dont l’Assemblée populaire a envoyé un important convoi de dons pour épauler la wilaya voisine où de nombreuses maisons détruites par le feu devront être reconstruites rapidement.

L’une des premières importantes caravanes de solidarité, constituée dès les premiers jours des incendies, est partie de Constantine pour aider les populations de Jijel et Béjaïa, à l’initiative des services de la wilaya et en coordination avec les directions de l’action sociale, des services agricoles et du commerce. Une autre caravane transportant 108 tonnes de produits alimentaires et d’équipements ménagers s’est également déplacée, début de semaine, depuis le siège de l’unité principale de la protection civile de Guelma en direction des wilayas de Bouira et Jijel. 12 autres camions ont pris la route vers Jijel, Skikda et Béjaïa. De même, 90 tonnes de produits alimentaires, eau minérale, médicaments, matelas et couvertures ont été acheminés de Tébessa vers Béjaïa. À la même période, à Oum El Bouaghi, un convoi de 150 tonnes de dons, avec notamment plus de 50 mille bouteilles d’eau minérale, est envoyé à Skikda.

×
×

Panier