Campus France Algérie : Quelles sont les nouveautés pour la campagne 2023-2024 ?

Campus France Algérie
La France constitue l’une des destinations les plus prisées des étudiants algériens qui veulent poursuivre leurs études à l’étranger, langue et histoire obligent. Dans la perspective de la prochaine rentrée, Campus France Algérie a dévoilé, tout au long de l’été, ses nouveautés pour la nouvelle campagne 2023-2024.

Cette année, Campus France aspire à se rapprocher davantage des étudiants algériens à travers quelques nouvelles décisions. Dans ce cadre, son antenne algérienne a annoncé, fin juillet dernier, qu’elle maintenait ses espaces ouverts durant le mois d’août, habituellement fermés à cette période de l’année. Une première donc.

Dans la note publiée sur son site officiel, Campus France Algérie indique que ses espaces à Alger, à Annaba, à Oran et à Tlemcen resteront ouverts durant tout l’été. Quant à l’espace de Constantine, la même source précise qu’il est exceptionnellement fermé entre le 1er et le 19 août inclus. Les représentants de Campus France invitent, néanmoins, les candidats à prendre obligatoirement rendez-vous pour la « vérification des documents originaux authentifiés » et de consulter les horaires d’accueil d’été avant de se rendre dans ses locaux.

TCF-DAP et rendez-vous automatique pour le dépôt de visa d’études

Autre nouveauté annoncée le 7 août, la procédure d’inscription à l’incontournable examen de langue TCF (Test de connaissance du français) est légèrement réorganisée. Cela concerne précisément les étudiants qui « envisagent d’effectuer une inscription en 1ère année de Licence (L1) au sein d’un établissement d’enseignement supérieur public à la rentrée 2024 », lit-on sur la page Facebook de Campus France Algérie. Obligés de passer une certification TCF-DAP (Demande d’admission préalable), c’est-à-dire un TCF classique sur ordinateur (TCF SO) et des épreuves écrites, ils sont priés de s’inscrire uniquement en ligne sur le site de l’Institut français en Algérie à partir du 20 août, pour la prochaine session prévue en septembre 2023. À noter que le TCF-DAP concerne également les étudiants qui souhaitent intégrer une école d’architecture en France.

Enfin, en mai dernier, une autre nouvelle procédure a été mise en place spécifiquement au profit des étudiants relevant de Campus France Alger et du Consulat Général de France à Alger, qui sont les plus nombreux à faire leurs démarches de visa. Il s’agit de l’application d’un dispositif automatique de rendez-vous pour faciliter la demande de visa long séjour pour études (VLSE). Quelques jours après la réception du message de fin de procédure, le centre VFS Global d’Alger adressera automatiquement un rendez-vous de dépôt de demande de visa au candidat concerné. En revanche, il faut bien anticiper la préparation du dossier de visa et de vérifier régulièrement la boîte e-mail communiquée aux services consulaires car le RDV proposé est fixe et sans possibilité de report. L’étudiant qui n’est pas en mesure de l’honorer sera contraint de refaire une demande de RDV lui-même sur la plateforme dédiée.

Étudiants algériens en France, 2e communauté estudiantine étrangère

Pour rappel, les Algériens viennent statistiquement en deuxième position des étudiants étrangers en France. Leur nombre est estimé à plus de 31 000 étudiants inscrits dans des établissements universitaires français pour l’année 2021-2022, contre 46 000 pour les étudiants marocains et 27 000 pour les étudiants chinois, selon les données de Campus France.

C’est cet établissement public qui encadre chaque année, directement en Algérie, les candidatures des milliers de nouveaux bacheliers et de jeunes universitaires du pays postulant dans les institutions et les écoles françaises de l’enseignement supérieur en vue d’y entamer ou d’y achever leurs cursus. Mais avant de pouvoir rejoindre l’université de son choix, un étudiant algérien passe obligatoirement par les fameuses démarches de visa d’études, devenues un rituel parfaitement maîtrisé par tous les prétendants à l’immigration estudiantine.

Parmi eux, cette année, il y a Amar qui vient juste de boucler les dernières retouches d’un long parcours et pourra enfin aller faire ses études universitaires en France. Désormais, il prépare son voyage pour rejoindre, dès le 5 septembre, l’Université de Reims Champagne-Ardenne (nord-est de la France), « le seul établissement, dit-il, qui a accepté mon inscription sur sept candidatures dans différentes universités de mon choix ». Il vient en effet de s’inscrire en 2e année licence Aménagement du territoire, spécialité où il a déjà obtenu sa licence (bac+3) en Algérie. Pas de possibilité d’atteindre la première année master. « C’est un choix pour avoir plus de chances d’aller poursuivre mes études à l’étranger et surtout en France, qui est pour moi la destination la moins couteuse comparativement aux autres », explique-t-il.

Toute la procédure avant qu’il récupère son précieux sésame a été effectuée sous les orientations et le contrôle de l’espace Campus France à Alger, « finalement pas si fatigante comme on l’imagine », mais « longue » et « incertaine », selon lui. « Quoi qu’il en soit, c’est une expérience enrichissante pour les étudiants qui apprennent à se débrouiller seuls pour atteindre leurs objectifs », affirme-t-il encore. L’un de ses camarades acquiesce, parlant d’apprentissage. « Cela nous apprend avant tout d’être méthodiques et organisés, tout en sachant qu’il y a une forte possibilité que notre demande de visa d’études soit refusée », a-t-il témoigné. C’est le risque à prendre.

×
×

Panier