Visa Schengen : La France n’est plus la destination préférée des Algériens  

Cette infographie schématise les destinations européennes préférées des Algériens en 2022. Le nombre de leurs demandes de visa d’entrée dans les pays de l’espace Schengen a frôlé les 400 000, soit une croissance de plus 180 % par rapport à 2021. Ce qui représente une vraie aubaine pour les pays sollicités qui ont engrangé 31 millions d’euros, soit une croissance de plus 195 % par rapport à l’année précédente. Et ce, en sachant que 51 % des dossiers ont été rejetés. Avec un peu plus de 41 000 demandes formulées, la France n’est plus le premier pays européen prisé par les demandes de visa déposées en Algérie. Elle est désormais deuxième, loin derrière l’Espagne qui en a comptabilisé plus de 102 000. Ce qui représente 26 % du total des dossiers de visas constitués auprès des chancelleries européennes. Cela a permis aux consulats espagnols, à Alger et à Oran, de gagner la bagatelle de 8,2 millions d’euros, contre 3,2 millions d’euros encaissés par le réseau consulaire français en Algérie (consulats d’Alger, Oran, Annaba et Constantine). L’Italie conclut le podium, avec près de 18 000 demandes réceptionnées et 1,4 millions d’euros de frais générés.

Cette infographie schématise les destinations européennes préférées des Algériens en 2022 (source : SchengenVisaInfo). Le nombre de leurs demandes de visa d’entrée dans les pays de l’espace Schengen a frôlé les 400 000, soit une croissance de plus 180 % par rapport à 2021. Ce qui représente une vraie aubaine pour les pays sollicités qui ont engrangé 31 millions d’euros, soit une croissance de plus 195 % par rapport à l’année précédente. Et ce, en sachant que 51 % des dossiers ont été rejetés. Avec un peu plus de 41 000 demandes formulées, la France n’est plus le premier pays européen prisé par les demandes de visa déposées en Algérie. Elle est désormais deuxième, loin derrière l’Espagne qui en a comptabilisé plus de 102 000. Ce qui représente 26 % du total des dossiers de visas constitués auprès des chancelleries européennes. Cela a permis aux consulats espagnols, à Alger et à Oran, de gagner la bagatelle de 8,2 millions d’euros, contre 3,2 millions d’euros encaissés par le réseau consulaire français en Algérie (consulats d’Alger, Oran, Annaba et Constantine). L’Italie conclut le podium, avec près de 18 000 demandes réceptionnées et 1,4 millions d’euros de frais générés.

×
×

Panier